+44 (0) 1425 463217







Les tendances des médias sociaux 2011 selon 90:10

Chaque début année est l’opportunité de faire le point sur l’année écoulée et sur les tendances qui se profilent pour l’année à venir. Nous saisissons donc cette occasion pour vous faire part de notre réflexion sur les tendances 2011 autour des médias sociaux.

L’année 2010 a connu une forte croissance des espaces 2.0, de l’utilisation des médias sociaux et signe ainsi l’arrivée à maturité de ces médias :

prenons pour illustration, deux plateformes significatives, Facebook (600 millions d’utilisateurs) a dépassé Google en termes de visiteurs uniques, Twitter compte désormais environ 210 millions d’utilisateurs et plus de 150 millions de blogs sont recensés dans le monde.

Un autre point nous semble primordial et se précisera encore davantage en 2011 : la contextualisation des contenus diffusés et des outils utilisés, qui prendra de plus en plus en compte la culture, les préférences de la population cible.

En parallèle d’outils bien installés répondant toujours aux besoins actuels des internautes tels LinkedIn, Facebook, Twitter, des outils s’adressant à des besoins de niche voient le jour, comme Quora ou BranchOut.

Alors que Facebook draine une population très diversifiée et que Twitter sert des usages plus restreints, les blogs restent des lieux d’expression faisant la part belle à la qualité des contenus.

Toujours au centre des tendances 2011, penser usage plutôt qu’outil reste plus que jamais pertinent.

Vers une nouvelle forme d’interaction : du graph social vers le graph d’interêt

Le concept d’influence et de communauté évolue. Bien que le concept de graph social reste nécessaire et constitue un bon point de départ pour identifier les communautés et les interactions possibles, la notion de graph d’intérêt qui permet d’aller plus loin dans la qualification de ces dernières en recensant les personnes autour d’une même thématique s’avère être de plus en plus pertinente.

L’une des méthodologies qui va se développer et permettre d’étudier le comportement des communautés est la Netnographie.

Le monitoring de la e-reputation des marques évoluera dans ce sens et permettra d’avoir la connaissance d’insights précis qui seront mis au service des développements futurs de la marque et s’avère être un préalable pour mener une opération de buzz.

La convergence entre local et social s’accentue.

L’intégration du online dans la sphère offline du consommateur est de plus en plus présente, facilitée par les applications mobiles de géolocalisation telles que Foursquare, Facebook Places, etc…

Le real time web prend donc place grâce à l’adoption des réseaux sociaux en mobilité. Les marques doivent ainsi s’adapter à ces comportements et offrir une forte réactivité dans leur relation avec les consommateurs.

L’utilisation de Facebook par les entreprises devient plus raisonnée

Si la course effrénée aux fans a marqué 2010, il semble qu’en 2011, les entreprises aient intégré le fait que leur présence sur cette plateforme communautaire devra être motivée par des objectifs plus profonds que le seul nombre de fans pour être efficace et se justifier. Elles ont pris conscience qu’elles devaient proposer aux internautes des contenus pertinents et contextualisés afin d’engager une relation conversationnelle pérenne. Dans le même temps, les consommateurs s’avèrent être de plus en plus méfiants et ont mis fin à ce que l’on pourrait qualifier « d’adhésions compulsives ».

Injecter de l’humain dans le web

Le sujet en vogue ayant marqué la fin d’année est la curation. Un petit rappel de définition : le curator joue le rôle de filtre, de tri des informations, et permet ainsi une diffusion de contenus adaptés à celui qui les reçoit. La notion de curation prend tout son intérêt dans un écosystème web où les utilisateurs ont une surabondance d’information à leur disposition. En apportant un flux d’information qualifié et structuré, la curation insuffle une dynamique dans des dispositifs d’échange d’information en réseau, communautaires.

Le Social shopping, un phénomène en pleine ascension

Le phénomène n’est pas récent, mais il prend de l’ampleur. Baptisée social shopping, la notion recouvre le fait de tirer parti des capacités sociales qu’offre Internet. Le pouvoir de recommandation des internautes est en effet de plus en plus utilisé. Il ne s’agit plus seulement de proposer un compte Twitter et/ou Facebook pour offrir animations et autres promotions occasionnelles mais de développer des plateformes e-commerce en y intégrant des fonctionnalités sociales pour toucher un maximum de clients en les sollicitant là où ils se trouvent tous les jours !