+44 (0) 1425 463217







Quelle est l’avenir de la PUB: ‘digitale’ ou ‘média sociale’?

Est-ce que la publicité est morte ?

Pour certains, pas du tout:

Les mass médias continueront à ‘créer les mouvements d’humeur’, ils continueront à jouer leur rôle sur la marque, même si le travail de fourmi fait sur le one to one se développe

‘Jusqu’à preuve du contraire sur mon marché, le lieu du combat c’est avant tout la TV

Et même si le digital est l’épicentre de l’équation ! Certains répondront :

‘On ne peut pas ne pas y être

‘Internet soit on le choisit soit on le subit donc nous on a décidé de le choisir

Dans une récente étude menée par Limelight Consulting ‘Communication Digitale‘, à la question: Je vais vous citer différents leviers de la communication digitale et vous allez me dire si votre entreprise les utilise? – les entreprises ont répondu:

De la présence sur internet…
Création/Conception de sites web (institutionnels, événementiels)

84%

Optimisation de la performance (search, liens sponsorisés, référencement)

82%

Publicité online

76%

Achat d’espace on line

71%

à la relation voire la ‘conversation’

Programmes relationnels (eCRM, gestion de la relation clients)

58%

Gestion des communautés et réseaux sociaux

34%

Campagne de marketing mobile

18%

La montée en puissance des médias sociaux illustrent cette notion “d’engagement” des consommateurs: ils veulent être actifs (versus la notion ‘d’exposition’). Fuir et/ou se cacher n’est plus une stratégie viable pour les entreprises. Les médias sociaux ont opéré un transfert de pouvoir en termes de communication des marques. Il est passé des mains des entreprises aux consommateurs. Il s’agit dorénavant de plus diffuser des messages mais d’établir un dialogue, une expérience.

Au dernier OMEXPO à Madrid la semaine dernière Jamie Burke CEO du groupe 90:10 a exposé les raisons pour lesquelles la Pub est morte.

Les anglo-saxons ont toujours eu une certaine longeur d’avance sur l’europe. Mais une chose est sûre: les temps ont changé. Avec l’emergence des réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, les annonceurs vont chercher les consommateurs là où ils se trouvent: sur la toile.

Pepsi aux Etats-Unis a récemment renoncé après plus de 23 ans de dépenser 3 millions de $ pour un spot de 30 secondes sur CBS lors du SuperBowl. Pepsi a préféré lancer une vaste campagne sur le net (The Pepsi Refresh project), où elle s’engage à donner pendant l’année 2010 plus de $20 million à des oeuvres de bienfaisance sélectionnés par les internautes.

Une autre campagne intéressante (en Australie) est celle de Levi’s, qui utilise à la fois les médias sociaux et l’internet mobile. On y retrouve de l’engagement et du divertissement, avec une promesse : “trouve moi et tu gagneras mon jean Levi’s”. L’internet mobile est utilisé par les représentants de Levi’s comme moyen de diffuser des indices sur l’endroit où ils se trouvent par l’intermédiaire de Twitter. Les milliers d’internautes suivent les tweets et doivent localiser et intercepter la jeune femme (qui porte le nouveau Levi’s) dans la rue afin de gagner ce fameux jean.

Et les marques Françaises ne sont pas à la traîne. Plusieurs campagnes à succès ont vu le jour ces derniers mois:

La chausseur André a demandé à six blogueuses influentes de dessiner une collection capsule pour la marque. Un joli coup marketing et un buzz assuré. Les six blogueuses influentes (Walinette, Mimnor, Balibulle, Coline, Violette et Miss Glitzy) ont réalisé le rêve de nombreuses femmes: créer LA chaussure qui leur ressemble !

Mais qu’en pense Jacques Séguéla, interviewé pour les vidéos du succès, il revient sur le futur de la pub entre web collaboratif, médias sociaux et nouveaux usages.

Et vous qu’en pensez-vous? Comment voyez-vous la pub sur les médias sociaux?

Pour plus d’infos:

Le marché de plublicité en ligne (Le Journal du Net)

Le marché de la publicité sur les vidéos en ligne (Capital)